Mercredi 21 Octobre

Back to the future of Climate Change

mercredi 21 octobre 2015

Accueil > COP21 > Intersession d’Octobre à Bonn > Mercredi 21 Octobre

JOUR 3 : MERCREDI 21 OCTOBRE

L’équipe est maintenant rodée, plus d’hésitation. C’est d’un pas décidé que nous nous dirigeons dans la direction opposée de l’entrée de World Conference Center Bonn.

8h : YOUNGO spoke council

Nous retrouvons les autres membres de YOUNGO pour le Spoke Council quotidien, situé dans « la salle ronde ».

La matinée commence bien, la conférence de presse que nous attendions tant aura lieu dans l’après-midi. Six sujets sont abordés en concordance avec les groupes de travail représentés à cette intersession. Une personne est désignée pour parler de chaque sujet. Pour l’éducation c’est Cyril qui s’en chargera ! Le REFEDD est à l’honneur. S’en suit un petit récap’ sur les stratégies de communication (tweets, blogs) puis sur les différentes actions.

Avec tout de suite après #KeepUsInTheRoom, une action commune aux ONG pour réagir sur la fermeture de TOUTES les négociations au public depuis le mardi. Ainsi qu’une action par les YOUNGO en médecine pour demain matin et une action des ONG japonaise contre la politique énergétique du Japon.

8h45 : Action #KeepUsInTheRoom

En bravant le froid pour passer d’un bâtiment à l’autre, nous découvrons une rangée d’observateurs d’origines différentes stoïques et les yeux bandés (YOUNGO, ENGO, peuples indigènes…). Cela pour protester contre le fait que quasiment toutes les sessions sont fermées aux observateurs. Seules restent ouvertes des séances plénières qui sont finalement des bilans sans grand intérêt.

Le groupe passe maintenant la sécurité sans même s’en rendre compte. Une fois au chaud la délégation du REFEDD se motive. On veut rencontrer des délégués de Partis pour parler d’éducation avec eux. Ce serait notre seul occasion de savoir où en sont les négociations sur le sujet mais aussi ça permettra d’appuyer l’intervention de YOUNGO et la conférence de presse. La conférence de presse, vous n’avez pas d’excuse on vient d’en parler il y a même pas une heure, par contre pour l’intervention, j’espère que vous avez suivi ! Bon, je rééxplique. Cela part du fait qu’en temps normal, lors de la séance d’ouverture les groupes de la société civile ont chacun un court temps de parole (3 min), mais aux cours des dernières intersessions celui a été supprimé pour… gagner du temps. En remplacement les co-chairs donnent l’opportunité de publier une intervention écrite sur le site de l’UNFCCC. Avec sa clairvoyance, YOUNGO saisi l’occasion pour en tirer le maximum. Les trois premiers jours ont en particulier permis la rédaction de cette intervention.

9h : RINGO meeting (ONG de Recherche Indépendantes)

La référante remarque qu’il y a beaucoup de membres de YOUNGO présent avec leur association et non leur université, le déplore mais à côté de ça, elle est contente de voir des étudiant.e.s dans la salle. (Après quoi Lucas s’interroge : pourquoi les universités françaises sont si peu représentées ? A suivre…)

10h : Stocktaking, séance plénière

C’est enfin le moment pour les observateurs de voir les délégations des partis. A ce rythme là on oublierait presque leur tête, mais heureusement certains pays font des efforts et profitent de chaque séance plénière pour passer à l’écran. Ainsi les chefs des délégations de l’Afrique du Sud et de la Malaisie sont assez bien identifiés. L’appel est clair : travailler plus vite. Le G77 et la Chine demandent de décaler le spin-off sur l’atténuation pour pouvoir mieux se concerter. On apprend peu de choses…

Du coup… nous avons cherché plus d’informations. Nous trouvons 3 étudiants, accrédité dans la délégation belge pour nous éclaircir. Nous apprenons alors que les spin-off sont jusque-là très peu productif : les Partis passent beaucoup de temps sur des questions de process et n’avancent pas dans les négociations. L’argument général de la fermeture des spin-off au public était pourtant une accélération des négociations…

10h15 : Daily Tck

En parallèle, ou presque, Chris Wright propose son analyse de la situation avec le Daily tck. L’équipe déplore également le fait que les sessions soient fermées, et n’ont donc pas beaucoup d’informations sur ce qui s’est passé hier. Debrief des jours d’avant, par conséquent.

Lundi : Crainte que le texte soit trop long, un peu de panique.

Mardi : Le texte ne fait que 34 pages avec les insertions, on est plus relax. Les ONG admettent que beaucoup de choses ont été ajoutées et que c’est mieux. Il y aurait eu des discussions sur la mitigation un peu brouillon, notamment sur le concept de décarbonisation. On est dorénavant sur un brouillon de texte pour Paris et non sur un “non-paper”. Notons que le texte officiel reste néanmoins celui de Genève pour le moment.

Les observateurs frustrés car ils ne peuvent plus assister aux négociations s’ennuient. Ils ont besoin de se défouler et cherche donc le méchant. C’est le Japon qui s’est opposé à la présence des observateurs. Mais tous les partis qui ne se sont pas opposé aux Japon sont à blâmer. En fait, il semblerait même qu’il soit nécessaire qu’un tiers des partis approuvent la fermeture pour que celle-ci soit effective. Sur 196 délégations, la chasse aux sorcières est loin d’être finie.

Soulevons le problème du Japon qui dépend quasiment exclusivement des énergies fossiles depuis Fukushima…

11h30 : Policy meeting

YOUNGO est un groupe toujours puis structuré et des réunions à thème ont lieu tout au long de la journée. Celle-ci commencera avec une réunion sur la politique de YOUNGO à 11h30. Ne trouvant pas de place satisfaisante, c’est assis sur les marches en plein milieu du hall que l’écriture des questions à poser aux Co-Chairs et à Christina Figueres a lieu. Oui, parce que cette après-midi, les observateurs sont invités à deux sessions ouvertes : celle des Co-Chairs et celle de la secrétaire exécutive. Il n’y aura toujours pas de délégations de pays en vue, mais ça va occuper l’ensemble de la société civile.

12h : Skype REFEDD

La délégation contacte le QG, enfin skype le bureau du REFEDD. Sur leur conseil avisé l’équipe se réorganise pour être la plus efficace sur la fin de la semaine.

14h : Conférence des co-chairs

Une longue après-midi commence. La foule ennuyée de la société civile a trouvé une occupation : la sessions avec les Co-Chairs. Concrètement, c’est une des seules occasion pour la société civile de s’adresser aux co-chairs. Vu le tumulte autour du non-paper et des négociations fermées, on s’attend à de nombreuses questions.

YOUNGO prépare un court statement suivi de quelques questions orientées sur les thèmes des groupes de travail. Une seule personne peut s’exprimer par constituency et c’est le REFEDD qui a l’occasion de représenter YOUNGO car les questions sont posées par Lucas.

Les réponses sont… floues. Les co-chairs justifient le non-paper par la volonté de gagner du temps et la fermeture des négos par un « Party driven process »

Nous noterons également la magnifique analogie du « non-paper » avec un bébé prématuré. La métaphore fut filée par les intervenants de la société civile, nous voilà maintenant avec un bébé auquel il manque des membres. Cela suscite de vives réactions parmi les membres de YOUNGO représentant le corps médical !

15h : Conférence de presse

Pourtant, le temps fort de la journée n’est que sur le point d’arriver. Enfin en tous cas nous aurions aimé que ce soit le temps fort. Publication de l’intervention sur laquelle YOUNGO travaille depuis le début de la semaine puis conférence de presse. Mieux que des mots nous vous proposons de la voir en replay (http://unfccc6.meta-fusion.com/bonn_oct_2015/channels/adp211-press-room).

Les sujets abordés : inteq, éducation, santé, objectifs à long termes, loss and damage, finance. Avec Cyril pour le REFEDD sur l’éducation.

Conférence presse YOUNGO intersessions Bonn 2015

16h : Executive secretary meeting

Même si le temps fort est passé, la journée continue avec la rencontre de la secrétaire exécutive.

Ce meeting est aussi appelé C-FIG. Aussi habitué aux acronymes qu’on puisse l’être au bout de trois jours… celui-ci a un peu déconcerté notre délégation. En fait c’est juste que Christiana Figueres, c’est un peu la pote des jeunes du coup elle a même droit à un surnom chez les YOUNGO.

Encore une occasion de poser des questions au nom des groupes de la société civiles, fait par Sanna pour YOUNGO.

C-FIG nous informe qu’il n’y a pas d’autres sessions d’ici la COP21, il faut donc être rapide et continuer nos efforts pour parvenir à un accord. Les sessions sont fermées car les états ont besoin de se confier. Il y a toujours eu des sessions fermées, c’est pas nouveau. C’est juste pour que les gouvernements puissent s’exprimer librement. Ah oui, et elle a aussi dit que le site Internet était très bien et qu’il y avait plein de choses dessus.

18h15 : Plenary stocktaking

Après un petit temps de latence et avec un peu de retard la séance plénière tant attendu à lieu. Tout le monde s’attend à ce que ce soit beaucoup mieux que ce matin. Ce qui en fait était complètement irrationnel de notre part.

C’est en fait un léger bilan de journée et du déroulement des spin-off groupes. On retiendra que le rythme est trop lent et que plutôt que de se réduire, les textes ont tendance à s’allonger. On attend avec espoir une nouvelle version dans la nuit. De nombreux partis demandent une accélération du rythme. Ils en veulent également au sommeil des coordinateurs en leur demander de bosser cette nuit.

La journée va toucher à sa fin, enfin sur le site en tout cas. Perdant un peu espoir, car n’ayant toujours pas eu de réponse, la délégation REFEDD décide néanmoins l’envoi d’emails de relance pour obtenir des rendez-vous avec les délégations.

23h13 : joie !

L’Union Européenne répond oui. Nous avons rendez-vous demain. Bonheur et volupté.

1h53, c’est la fin de la rédaction du compte-rendu de cette journée. Notons que celle-ci c’est faite au son mélodieux d’un doux ronflement provenant de la pièce d’à côté. Nous vous laissons mener l’enquête.

Lucas et la délégation du REFEDD